L’art de s’exprimer pour ne rien dire…


Article CHARROUX 29042016Dans un colonne de La Provence du 29 avril 2016, le Député-Maire Gaby Charroux nous fait une belle démonstration de « l’art de s’exprimer pour ne rien dire ».

Après les articles parus dernièrement, il lui fallait réagir. N’ayant aucun élément concret à nous opposer, il s’est lancé dans une élocution sans intérêt.

En effet, il ne peut pas s’opposer au fait que plusieurs proches des élus ou ex-élus communistes sont employés aussi bien à la mairie qu’à l’ex-CAPM, aux résultats des élections régionales, et au déclin du communisme à Martigues. Cette réaction était tout à fait prévisible… Dans un an, il lui faudra tenter de conserver son siège de député.

Revenons sur les écrits de Mr Charroux : « Propos outranciers, attaques graves et sans fondement, comportements qui n’honorent en rien la politique »… voici quelques extraits.

Mr Charroux se veut donneur de leçons, usant de l’injure contre un parti politique républicain quand il écrit « pensées nauséeuses portées par les mêmes idéologies ». Aux mots, nous préférons les faits en rappelant ce qu’est le communisme. Hier, lors des débordements à la manifestation contre la loi El Khomri, les communistes ont sorti leur étendard.

 

 

Malaise à la prison d’Arles


Deux agents pénitentiaires refusent de serrer la main de leurs collègues féminines, mais appellent certains détenus « frères ». Ces comportements sont indécents (rejet de la femme et de sa représentation) et dangereux (fraternité avec certains détenus), l’administration reste muette… courage fuyons !

L’immobilisme de l’administration va à terme créer une suspicion à l’encontre des agents pénitentiaires de confession musulmane ; ces derniers regrettant que ces deux agents donnent une mauvaise image de leur religion.

L’administration doit rappeler le principe de laïcité et interdire tout prosélytisme. La religion se pratique dans la sphère privée uniquement.

Article prison Arles

 

Une petite mise au point s’imposait..


Après les articles sur Mr Morizot et Mr Frau, parus la semaine dernière dans La Provence, une petite mise au point s’imposait… Il nous fallait remettre un peu d’ordre dans la cour de récréation.

En quelques mots, le premier déclarait qu’il est celui qui fera tomber le communisme à Martigues ; le second qu’ils sont toujours les « meilleurs ».

Nous avons donc tenu à clarifier la situation en avançant quelques vérités. Un petit oubli du journaliste qui n’a pas cité Port St Louis.

(articles sur Mr Morizot et Mr Frau)

Article 27042016

Ecole : un enjeu pour toute une nation !


Samedi 23 avril 2016 à 15 heures, nous recevons Alain Avello, président du Collectif Racine pour une conférence sur un thème important, voire crucial pour nos enfants :

Ecole : Un enjeu pour tout une nation !

Cette conférence se déroulera à la fédération, 9 rue Louis Maurel – 13006 Marseille.

Participation aux frais : 3 €.

 

AVELLO CR MARSEILLE

Entre mots et actes… « paroles, paroles, paroles »!


Vous avez pu lire notre tribune du Reflets d’Avril où nous avertissions les citoyens martégaux  du motif de notre absence aux événements de notre ville ; responsabilité de la majorité socialiste communiste.

Capture d’écran 2016-04-11 à 10.36.12

Tribune du Reflets d’avril 2016

Cette tribune nous a valu deux réactions… les mots :

Capture d’écran 2016-04-11 à 10.29.45

 

  • Le maire Gaby Charroux qui s’est insurgé de nos écrits à travers un courrier qu’il nous a transmis.
  • Jean Luc Di Maria qui, a travers la page Facebook de son groupe, nous accuse de surfer  sur la victimisation.

 

 

Ce week-end avait lieu le repas des anciens et bien-sûr nous n’étions pas présents, car non invités… les actes :

Capture d’écran 2016-04-11 à 10.27.05

 

  • Dans son courrier, le Maire s’est défendu d’être respectueux de la démocratie… Drôle de conception de la démocratie et surtout irrespect de nos électeurs.
  • De son côté, Jean Luc Di-Maria, toujours sur la page Facebook, s’offusque de ne pas avoir été convié…

 

 

Que ce soit pour Mr le Maire ou Jean Luc Di-Maria, les mots sont à l’antipode des actes ; encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots, rien que des mots* … spéciale dédicace :

*Leo Chiosso et Giancarlo Del Re

 

 

 

 

 

300 000 € pour la Mosquée


Hier soir au Conseil Municipal nous votions le Budget Primitif de la Ville ; pour lequel nous avons voté contre car il est le reflet de la politique de la majorité.

Nous ne sommes pas intervenus sur la synthèse du budget, mais sur des points précis que nous avons relevés sur les documents mis à notre disposition.

La rengaine de la majorité PCF est : « nous investissons pour les familles« . Donc nous avons vérifié l’engagement réel pour 2016 en dépenses d’investissement :

  • Logement : 394 594 €
  • Famille : 123 890 €.

A contrario, une ligne d’investissement nommée sur le document « Immeuble – 18 rue du peuple » a attiré notre attention. Le montant est de 300 000 € ; bien supérieur à la « famille » et à égalité avec le « logement ». Ce bâtiment non nommé dans le document est la Mosquée de Martigues.

Petit rappel sur la suite d’événements sur la Mosquée :

screenshot_2015-12-01-11-05-44.png

Le bâtiment utilisé est la propriété de la ville. Etant utilisé comme locaux recevant du public, le bâtiment est tenu à des inspections de sécurité. Lors de la dernière inspection de sécurité, il a été constaté que les locataires ont effectué des travaux modificatifs qui auraient dû faire l’objet d’une demande de travaux préalable. De plus, ces travaux ne respectaient pas non plus les règles élémentaires de sécurité du public.

Par arrêté municipal n°842.2015 du 22/10/2015, Mr le Maire interdit l’accès au public à la Mosquée.

Depuis Mr le Maire met gracieusement à disposition la salle du Grès pour la prière.

 

 

La Mairie depuis prend en charge la déconstruction des travaux illégaux et les aménagements réclamés par l’association ; coût total de l’opération : 300 000 €.

 

Article mosquée travaux

Nous avons donc rappelé à Mr le Maire que la loi de 1905 déclarant la séparation de l’Etat et l’Eglise interdisait l’usage des fonds public pour le culte. A cela, Mr le Maire nous a répondu que la loi de 1905 ne s’applique pas car un loyer sera demandé.

Mr le Maire reconnait donc que la municipalité est dans l’illégalité depuis des années, car il n’y a aucun loyer versé pour l’occupation actuelle des locaux du 18 rue du Peuple et qu’il n’y aucune location d’occupation de la salle du Grès par l’association.

 

Article Budget 2016