Vote de l’état d’urgence : Gaby Charroux s’abstient


La prolongation de l’état d’urgence est une nécessité, mais la mesure doit être accompagnée par des actions pour éliminer le risque terroriste et sécuriser les français. Visiblement, le député-maire Gaby Charroux ne semble pas opter pour ces nécessités puisqu’il s’est abstenu sur le vote de la prolongation de l’état d’urgence.

Pire, par ses propos tenus à la presse : « Plus de service public, éducation », nous voyons  qu’il est enfermé dans son idéologie communiste et n’est pas à la hauteur des événements graves qui touchent la France.

Article vote Charroux Etat Urgence

Gens du voyage : Occupations illégales de terrain


Les années passent et se ressemblent. Le Député-Maire a beau se déclarer « dégouté », il démontre surtout son incompétence à gérer un problème récurrent.

Somme des années de communautarisme à but électoral, aujourd’hui, les communistes en payent le prix et ils s’en offusquent ?

Comme l’année dernière, la saison pour les professionnels est gâchée. Les clients quittent les campings. Martigues cité balnéaire et de tourisme, ce n’est pas pour demain.

article de La Provence du 12/07/2016

Article gens du voyage 2016

Le site archéologique de Langevin enseveli


Il y avait un vrai projet culturel sur l’histoire de Martigues, mais le Député-Maire Gaby Charroux et son ami Christian Estrosi en ont décidé autrement. Un projet qui pouvait allier Culture, Enseignement et Tourisme ; mais pour cela, il faut en avoir la volonté.

Ensevelir le site était la meilleure solution. C’est ce qu’il en est sorti après une réunion de 2 heures avec le représentant de Christian Estrosi à la Région. Deux heures seulement pour décider de l’avenir d’un patrimoine historique.

Christian Estrosi, qui se dit « grand défenseur du patrimoine et de la culture Provençal », n’est pas capable d’apporter une aide financière à ce projet. La Région, c’est plus de 2 milliards de budget annuel… et là, pas un centime !

Le Député-Maire prétexte que la ville n’avait pas les 500 000 € pour financer le projet. Par contre, il a 300 000 € pour la mosquée. Il a des millions à dépenser en subventions pour des associations qui militent en faveur des communistes. Pourquoi ne pas investir une partie de son enveloppe parlementaire dans ce projet ? C’est vrai, électoralement, ça ne rapporte rien !

Il préfère faire un « buzz électoral » d’une candidature de l’étang de Berre pour son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO ; lui qui n’est même pas capable d’en protéger ses rivages.

Article fouilles martigues

 

Même un 8 mai, la discrimination va bon train !


Ce dimanche 8 mai avait lieu la commémoration du 8 mai 45 à La Couronne.

En présence des anciens combattants et de quelques élus, l’adjointe de quartier, Mme San Nicolas, a prononcé le discours de Mr le Député-Maire.

En début de discours, elle a salué le Conseiller Départemental communiste et sciemment omis de saluer la présence du Conseiller Régional Emmanuel Fouquart. Elle ne pouvait pas ignorer sa présence car il était face à elle.

Même un 8 mai, la discrimination va bon train à Martigues.

Cet acte est une discrimination, délit prévu et réprimé par le Code Pénal. Il est aussi une injure aux citoyens martégaux qui ont voté pour la liste Front National aux dernières élections régionales et un non respect de la démocratie.

Après la cérémonie, certains anciens combattants ont fait part de leur étonnement.

Ces communistes qui se veulent moralisateurs à l’instar de leur chef de file qui s’exprimait ainsi dernièrement dans la presse écrite « des comportements qui n’honorent en rien la politique », ne sont en rien représentatifs d’une morale ou d’un respect aux personnes. Alors quand il parle de « pensées nauséeuses » ; il doit penser à celles qui animent certains membres de son groupe politique.

L’art de s’exprimer pour ne rien dire…


Article CHARROUX 29042016Dans un colonne de La Provence du 29 avril 2016, le Député-Maire Gaby Charroux nous fait une belle démonstration de « l’art de s’exprimer pour ne rien dire ».

Après les articles parus dernièrement, il lui fallait réagir. N’ayant aucun élément concret à nous opposer, il s’est lancé dans une élocution sans intérêt.

En effet, il ne peut pas s’opposer au fait que plusieurs proches des élus ou ex-élus communistes sont employés aussi bien à la mairie qu’à l’ex-CAPM, aux résultats des élections régionales, et au déclin du communisme à Martigues. Cette réaction était tout à fait prévisible… Dans un an, il lui faudra tenter de conserver son siège de député.

Revenons sur les écrits de Mr Charroux : « Propos outranciers, attaques graves et sans fondement, comportements qui n’honorent en rien la politique »… voici quelques extraits.

Mr Charroux se veut donneur de leçons, usant de l’injure contre un parti politique républicain quand il écrit « pensées nauséeuses portées par les mêmes idéologies ». Aux mots, nous préférons les faits en rappelant ce qu’est le communisme. Hier, lors des débordements à la manifestation contre la loi El Khomri, les communistes ont sorti leur étendard.

 

 

Une petite mise au point s’imposait..


Après les articles sur Mr Morizot et Mr Frau, parus la semaine dernière dans La Provence, une petite mise au point s’imposait… Il nous fallait remettre un peu d’ordre dans la cour de récréation.

En quelques mots, le premier déclarait qu’il est celui qui fera tomber le communisme à Martigues ; le second qu’ils sont toujours les « meilleurs ».

Nous avons donc tenu à clarifier la situation en avançant quelques vérités. Un petit oubli du journaliste qui n’a pas cité Port St Louis.

(articles sur Mr Morizot et Mr Frau)

Article 27042016

Entre mots et actes… « paroles, paroles, paroles »!


Vous avez pu lire notre tribune du Reflets d’Avril où nous avertissions les citoyens martégaux  du motif de notre absence aux événements de notre ville ; responsabilité de la majorité socialiste communiste.

Capture d’écran 2016-04-11 à 10.36.12

Tribune du Reflets d’avril 2016

Cette tribune nous a valu deux réactions… les mots :

Capture d’écran 2016-04-11 à 10.29.45

 

  • Le maire Gaby Charroux qui s’est insurgé de nos écrits à travers un courrier qu’il nous a transmis.
  • Jean Luc Di Maria qui, a travers la page Facebook de son groupe, nous accuse de surfer  sur la victimisation.

 

 

Ce week-end avait lieu le repas des anciens et bien-sûr nous n’étions pas présents, car non invités… les actes :

Capture d’écran 2016-04-11 à 10.27.05

 

  • Dans son courrier, le Maire s’est défendu d’être respectueux de la démocratie… Drôle de conception de la démocratie et surtout irrespect de nos électeurs.
  • De son côté, Jean Luc Di-Maria, toujours sur la page Facebook, s’offusque de ne pas avoir été convié…

 

 

Que ce soit pour Mr le Maire ou Jean Luc Di-Maria, les mots sont à l’antipode des actes ; encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots, rien que des mots* … spéciale dédicace :

*Leo Chiosso et Giancarlo Del Re

 

 

 

 

 

300 000 € pour la Mosquée


Hier soir au Conseil Municipal nous votions le Budget Primitif de la Ville ; pour lequel nous avons voté contre car il est le reflet de la politique de la majorité.

Nous ne sommes pas intervenus sur la synthèse du budget, mais sur des points précis que nous avons relevés sur les documents mis à notre disposition.

La rengaine de la majorité PCF est : « nous investissons pour les familles« . Donc nous avons vérifié l’engagement réel pour 2016 en dépenses d’investissement :

  • Logement : 394 594 €
  • Famille : 123 890 €.

A contrario, une ligne d’investissement nommée sur le document « Immeuble – 18 rue du peuple » a attiré notre attention. Le montant est de 300 000 € ; bien supérieur à la « famille » et à égalité avec le « logement ». Ce bâtiment non nommé dans le document est la Mosquée de Martigues.

Petit rappel sur la suite d’événements sur la Mosquée :

screenshot_2015-12-01-11-05-44.png

Le bâtiment utilisé est la propriété de la ville. Etant utilisé comme locaux recevant du public, le bâtiment est tenu à des inspections de sécurité. Lors de la dernière inspection de sécurité, il a été constaté que les locataires ont effectué des travaux modificatifs qui auraient dû faire l’objet d’une demande de travaux préalable. De plus, ces travaux ne respectaient pas non plus les règles élémentaires de sécurité du public.

Par arrêté municipal n°842.2015 du 22/10/2015, Mr le Maire interdit l’accès au public à la Mosquée.

Depuis Mr le Maire met gracieusement à disposition la salle du Grès pour la prière.

 

 

La Mairie depuis prend en charge la déconstruction des travaux illégaux et les aménagements réclamés par l’association ; coût total de l’opération : 300 000 €.

 

Article mosquée travaux

Nous avons donc rappelé à Mr le Maire que la loi de 1905 déclarant la séparation de l’Etat et l’Eglise interdisait l’usage des fonds public pour le culte. A cela, Mr le Maire nous a répondu que la loi de 1905 ne s’applique pas car un loyer sera demandé.

Mr le Maire reconnait donc que la municipalité est dans l’illégalité depuis des années, car il n’y a aucun loyer versé pour l’occupation actuelle des locaux du 18 rue du Peuple et qu’il n’y aucune location d’occupation de la salle du Grès par l’association.

 

Article Budget 2016

Le camping de l’Arquet à la vente


En décembre 2015, nous avions interpelé Mr le Maire sur le projet de vente du camping, car nous avions eu des éléments concordants sur ce projet.

Bien sûr, Mr le Maire nous avait affirmé le contraire : « le camping n’est pas à vendre ! »

Article vente l'ArquetDans son article du 29 mars, La Provence confirme ce que nous avions avancé. Le fonds de commerce est à vendre et,
apparemment, il n’y a pas de repreneur. Pour se défendre, Mr le Maire va sûrement mettre en avant que les murs ne sont pas vendus.

Cette affaire met en avant l’incapacité de la majorité à développer une offre touristique sur nos villages de la côte bleue, et surtout la mauvaise gestion du secteur touristique par la SEMOVIM.

Un danger se profile à l’horizon. Connaissant l’obsession de la majorité pour les logements sociaux et tenant compte des déclarations de Mr le Maire, s’il n’y a pas de reprise des campings ; la majorité va y construire des logements sociaux et ce sera la fin de nos villages.

Elections du Conseil de Territoire.


Hier soir, il y avait l’élection du président et des vices-présidents du Conseil de Territoire du Pays de Martigues, Port de Bouc et St Mitre les Remparts… que nous pourrons résumer à Martigues et Port de Bouc ; St Mitre s’étant vu raccompagné vers la sortie.

Tout ne s’est pas déroulé comme certains pouvaient l’espérer.

Après l’élection de Mr Gaby Charroux à la présidence, les élections des vices-présidents furent plus houleuses. Finies les petites ententes et Mme Béatrice Aliphat, maire de St Mitre les Remparts, en fait les frais.

Finies les petites ententes ? Non pas tout à fait, puisque le PCF et le PS se sont entendus ; Mme Sophie Degioanni accède à une vice-présidence. Le PCF critique à « tout va » la politique du Gouvernement de Mr Valls, mais accepte les voix du PS pour conserver toutes les places. Ne pas s’assurer du vote des socialistes, c’était risquer de ne pas remporter des places.

Le Front National, représenté par Emmanuel Fouquart s’est présenté à l’élection de la 7ème vice-présidence, en sachant que nous ne pourrions pas la remporter. Nous l’avons fait pour marquer notre indépendance et notre intégrité. D’ailleurs, Mr Jean Luc Di Maria nous l’a reproché en nous traitant de « diviseur » ; lui qui, la veille, annonce à la presse qu’il sera candidat et se qui défile au moment venu. En nous adressant ces paroles, Mr Di Maria nous reprochait de ne pas répondre favorablement à sa demande de voter pour lui ; nous déclarant qu’il peut recevoir les voix du Front National, mais qu’il ne pourra jamais voter pour le Front National… voici toute l’ambiguïté du personnage.

Article élection conseil territoire

 

Les bikers ont envahi le cours.


Ce samedi à Martigues était organisé un rassemblement de motos et de voitures américaines, le tout dans une très bonne ambiance familiale.

Le club Patriotes HDC, avec l’association des commerçants du Grand Jonquières, ont égayé cette journée. De très nombreux citoyens étaient présents et y régnait une très bonne atmosphère.

Félicitations aux organisateurs !

 

 

L’apéritif des « sans dents ».


C’est ainsi que les représentants du personnel CFDT ont intitulé leur dernier tract pour dénoncer des privilèges concédés aux agents territoriaux de classe A par la majorité communiste.

Cette majorité représentée par Mr le Député-Maire Gaby Charroux offre, avec l’argent des
contribuables, une soirée privée aux directeurs de
services partant à la retraite. Ces derniers sont ainsi motivés jusqu’au dernier jour à conserver leur allégeance à la seigneurie.

  • Inégalité sociale : Il y a une inégalité flagrante de traitement entre les agents territoriaux. Dans sa réponse à la CFDT, le député-maire met en avant les voeux aux personnels et la prime de départ ; mais ceci est un droit acquis à tous ; même aux directeurs de services. Ce pot offert est un supplément ; donc un privilège.
  • Soirée privée : Les invités à ces soirées sont « triés sur le volet ». Environ 150 personnes sont invitées. Ne sont pas conviés l’ensemble des agents territoriaux et l’ensemble des élus ; ce qui leur confère un caractère privé.
  • Détournement de fonds publics : Financer des soirées privées avec des fonds publics peut-être considéré comme un détournement.

 

Nous avons adressé, le 9 mars 2016, un courrier à Mr le Député-Maire pour l’instant resté lettre morte. Nous vous partageons cet écrit que vous pouvez récupérer en cliquant ICI. Nous resterons vigilants sur la réponse qui nous sera apportée, appuyée des documents que nous avons sollicités.

Une démonstration supplémentaire du clientélisme des donneurs de leçon communistes.

Article CFDT sans dents

 

 

La mairie construit sans permis de construire


Nous devions voter, lors du dernier conseil municipal, l’autorisation à Mr le Maire à déposer un permis de construire pour la construction de deux locaux en préfabriqués ; un bureau (50m²) et un réfectoire (24m²). Hors, nous avons constaté que le bureau est déjà construit. Nous sommes donc face à une construction sans permis de construire ; infraction prévue et réprimée par le Code de l’Urbanisme en son article L.480-4.

Nous sommes donc intervenus sur cette illégalité. Mr le Maire fut surpris de notre questionnement et s’est retourné auprès de ses adjoints. Panique à bord. Nous avons eu une réponse évasive. Nous avons souhaité savoir le déroulement d’obligations légales pour l’aboutissement d’un projet immobilier :

  • La commission d’appel d’offre : Le déroulement de cette commission. Le rapport de ce projet. Les sociétés ayant répondu à cet appel ?
  • Le coût des travaux ?
  • Le financement des travaux ?

Selon l’article de La Provence, Mme Sophie Degioanni (adjointe à l’urbanisme) ne semblait pas être informée de cette situation ; déclarant même : « les services de la mairie ont bien implanté des préfabriqués sans savoir qu’il fallait déposer un permis ».

La majorité ne semble pas savoir ce qu’il se passe à la Mairie. Avons-nous une majorité fantôme ? Ce problème soulève une grave réalité : Y a t’il un pilote dans l’avion ?

Article de l’urbanisme

Article construction sans PC