Attentat de Nice : Communiqué de Marine Le Pen


Communiqué de Marine Le Pen

J’adresse mes condoléances aux familles et proches des victimes de l’attentat qui a frappé Nice. Mon soutien va aussi à toutes celles et ceux, notamment aux enfants, qui, blessés ou épargnés, ont vécu l’horreur et seront durablement marqués.

Le 14 juillet, jour de la célébration de notre patrie, de sa liberté, jour de fête pour les Français s’est transformé hier en un jour d’épouvante, d’immense affliction.

Nous ne devons voir se succéder les attentats terroristes et compter les morts sans désormais agir.

La guerre contre le fléau du fondamentalisme islamiste n’a pas commencé, il est urgent maintenant de la déclarer. Nous l’engagerons vraiment en mettant en place une série de mesures que j’ai déjà détaillées et sur lesquelles j’aurai l’occasion de revenir, qui visent à s’attaquer à la source du phénomène.

A la sidération et la compassion doivent désormais s’ajouter l’action, les nécessaires mesures de prévention et de répression, et la détermination la plus totale à éradiquer le fléau du fondamentalisme islamiste. C’est ce jour la volonté profonde du peuple meurtri de France, je mettrai toute mon énergie à ce qu’elle soit entendue et les combats enfin menés.

PACA : les élus FN incarnent une opposition déterminée mais constructive


Communiqué du 30/06/2016

A la suite des incidents survenus au Conseil régional vendredi dernier (le groupe FN ayant quitté l’hémicycle à la suite d’insultes répétées provenant des rangs UDI-LR), les proches de Christian Estrosi, manifestement très ennuyés par la situation, se sont efforcés de répandre dans la presse une vison tout à fait mensongère de la participation de notre groupe aux travaux de l’assemblée.

Bien loin de la caricature dépeinte, lors des sessions plénières, en commission, tout comme dans les organismes où ils siègent, nos élus sont guidés par le souci de l’intérêt général et du bien commun. Par ailleurs, ils démontrent davantage d’assiduité ou d’implication que bien des élus estrosistes.

Si les conseillers régionaux FN savent pointer du doigt les incohérences, taper là où ça fait mal et refuser les choix politiques malsains ou nuisibles, ils savent aussi soutenir les quelques initiatives allant dans le bon sens.

Ainsi, à l’appui, citons cinq exemples lors de la séance de vendredi dernier :

·         Sur le plan de la sécurité, Marion Maréchal-Le Pen a affirmé le soutien du FN à la gratuité des trains régionaux pour les forces de sécurité et les pompiers. Elle a en revanche dénoncé avec force (preuves à l’appui) l’inefficacité et le coût exorbitant des « portiques de sécurité » promus par Christian Estrosi.

·         En matière d’aide aux entreprises, si le groupe FN a voté pour le principe du guichet unique, Olivier Bettati a en revanche démontré la légèreté du dispositif actuel mis en place par l’exécutif.

·         Concernant les transports, Frédéric Boccaletti s’est élevé au nom du groupe contre le lancement d’une énième et coûteuse étude pour la LGV PACA (rebaptisée « Ligne Nouvelle – Provence Côte d’Azur), rappelant que lorsqu’ils siégeaient dans l’opposition plusieurs élus LR s’étaient aussi positionnés contre ce projet.

·         Dans le domaine culturel, le groupe FN, s’exprimant par la voix de Philippe Vardon, a voté pour le plan de soutien aux langues et cultures régionales.

·         Enfin, Thibault de la Tocnaye a apporté l’appui des élus FN aux pôles de compétitivité et à la stratégie d’innovation tout en émettant des recommandations dans deux brillantes interventions que Christian Estrosi a d’ailleurs lui-même saluées comme telles.

Ces exemples, que l’on pourrait multiplier et auxquels on pourrait ajouter les amendements, motions ou vœux proposés par le groupe FN, suffisent à démonter la basse propagande.

Franck ALLISIO

Conseiller régional PACA

Porte-Parole du Groupe Front National

Incidents au Conseil régional de PACA : les élus FN quittent l’hémicycle !


Communiqué du 24/06/2016

Au terme d’une journée où le mépris et l’arrogance l’ont disputé aux insultes et aux mensonges dans les rangs estrosistes, les élus du groupe Front National ont quitté l’hémicycle.

Au cœur d’un débat sur l’islamisme, Christian Estrosi, après nous avoir traité de « barbares » et de « sauvages », s’est lancé dans une série de mensonges et de calomnies, allant jusqu’à établir un parallèle délirant entre le Front National et les islamistes et nous accusant même d’avoir favorisé l’ouverture de la mosquée de Fréjus. Alors que, privée de micro, je tentais de rappeler que ce permis de construire avait en réalité été délivré par le précédent maire UMP, l’élue LR Nora Preziosi, mêlant agressivité et vulgarité, a proféré des insultes et menaces inacceptables dans une enceinte républicaine.

Devant cette ambiance délétère et l’attitude indigne de Christian Estrosi dans la direction des débats, nous avons quitté l’hémicycle. Un tiers des élus de la majorité ayant déserté depuis de nombreuses heures, Christian Estrosi, privé de quorum, a été contraint d’interrompre les travaux de l’assemblée.

Ces incidents graves témoignent de la dérive sectaire dans laquelle s’enferme, séance après séance, un Christian Estrosi méprisant désormais ouvertement les 45% d’électeurs de PACA qui nous ont fait confiance.

Marion Maréchal-Le Pen
Député de Vaucluse
Présidente du groupe FN à la région PACA

 

Retrouvez la vidéo d’Olivier Bettati

PS : La trahison des électeurs de gauche jusqu’au bout


Les socialistes ont annoncé, le 19 mars 2016, qu’ils ne participeraient pas à la conférence régionale mise en place par Christian Estrosi ; et surtout proposée par Christian Estrosi contre le retrait des socialistes aux élections régionales. Les électeurs de gauche avaient déjà été trahis par leurs dirigeants locaux dont Christophe Castaner tête de liste.

Suite et fin ce samedi. Les Socialistes avaient négocié trois places de vice-présidence à la Métropole avec Les Républicains… toujours les mêmes pour les mêmes ententes… Les intérêts de leurs électeurs ne comptent pas ; seules leurs places comptent. Mais Les Républicains ont raflé toutes les places ; plus d’entente. Donc, ce samedi, les Socialistes ont décidé de ne pas siéger à la conférence régionale.

En janvier, nous avons dénoncé cette conférence qui n’a aucune structure légale et déclaré que nous n’y siégerons pas. Aujourd’hui les socialistes n’y siègeront pas non plus. Cette conférence n’a aucune raison de perdurer.

Retrouvez notre communiqué de presse :

« Conférence régionale » : mêmes les socialistes ne veulent plus de l’assemblée-bis d’Estrosi

Hier, les socialistes des Bouches-du-Rhône ont décidé lors d’un vote interne qu’ils ne participeraient pas à la « Conférence régionale », cette assemblée-bis que Christian Estrosi souhaite mettre en place pour rassembler les candidats malheureux des élections régionales et des personnalités de son choix.

Au-delà des divergences politiques, nous nous félicitons du choix responsable et républicain de la fédération des Bouches-du-Rhône du PS.

Le groupe Front National, opposition élue par les habitants de PACA, demande désormais à Christian Estrosi de renoncer définitivement à ce projet et d’en finir avec les artifices de communication pour enfin se concentrer sur les vrais problèmes de notre région.

XVM06cd220c-99a0-11e5-9cae-17f37855eb38

Castaner : la trahison

Les valeurs de la République en danger dans les Bouches du Rhône


Ce sont les conclusions d’une étude menée auprès de 9000 collégiens des Bouches du Rhône.

Les valeurs républicaines semblent fragilisées puisque, pour de nombreux d’entre-eux, la religion est au dessus des lois républicaines ou que la femme est faite pour concevoir des enfants et les élever…

Les jeunes collégiens musulmans sont ceux qui placent la religion au dessus des valeurs républicaines ; ce qui démontre l’échec d’assimilation des années de politiques LRPS pro-communautaristes.

Il est temps d’agir pour protéger notre République et ses valeurs. En France, il ne doit y avoir qu’une seule communauté : la communauté française. La religion doit rester dans la sphère privée.

Article religion BDR

 

La conférence régionale consultative : le gadget d’Estrosi.


L’inspecteur gadget Estrosi lance son gogo-gadget ou bobo-gadget, bref appelez-le comme vous le désirez.

La création de cette conférence régionale consultative n’a rien de légal puisque sa création ne repose sur aucun texte. Elle est anti-démocratique puisqu’elle ne respecte pas le résultat du scrutin du 13 décembre 2015, car seuls les membres élus des listes de ce deuxième tour peuvent siéger légitimement au Conseil Régional. Elle est un abus de l’argent du contribuable car si les membres siégeant ne seront indemnisés, ils auront forcément un défraiement pour leurs déplacements, sans compter sur l’emploi des fonctionnaires territoriaux, de la structure de la région et des consommables.

C’est pour ces raisons que le Front National a voté contre cette création et avons déclaré, par Marion Maréchal Le Pen, que nous ne siègerons pas cette mascarade.

C’est sans surprise que nous constatons dans l’article de La Provence que le PS et les communistes se réjouissent de la création de cette assemblée ; pauvres rêveurs qu’ils sont, pensant que Christian Estrosi va leur laisser décider pour la région. C’est sûr, ils vont pouvoir s’exprimer, mais ça va s’arrêter là. Un bon conseil à leur apporter est de visionner le conseil régional du 29/01/2016 ; surtout les instants quand le président critique vertement les 18 années de gestion socialiste de la région ou quand il compare au Front National au Front de Gauche…

Retrouvez l’article de La Provence et l’intervention de Marion Maréchal Le Pen.

Article conférence régionale

Suppression des antennes départementales du Conseil Régional par Christian Estrosi


:: Suppression des antennes départementales du Conseil Régional par Christian Estrosi : des économies oui, mais pas au détriment de la proximité ::

Communiqué du 12 janvier 2016

Christian Estrosi a annoncé sa volonté de supprimer les antennes départementales du Conseil Régional pour mettre en place de simples guichets d’accueil, dont le contour et la mission semblent flous. Il envisagerait même par ailleurs d’installer ces guichets dans des mairies.
Cette mesure aurait comme effet d’éloigner la Région, à travers ses services au public, de la population de Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Cette volonté de centralisation à Marseille apparaît d’autant plus étonnante de la part d’un Président qui avait, pendant sa campagne, indiqué vouloir au contraire rapprocher la Région des citoyens et de la part d’un élu des Alpes-Maritimes, département éloigné de la capitale régionale.

Par ailleurs, les conseillers régionaux (de la majorité comme de l’opposition) bénéficiaient jusqu’ici de bureaux et de moyens dans les antennes de leur département d’élection. Imagine-t-on désormais un élu des Hautes-Alpes donner rendez-vous dans ses bureaux de Marseille à un habitant de Gap l’ayant sollicité ?
Il s’agit ici d’une régression évidente de la démocratie de proximité par rapport aux mandatures précédentes, et d’une mesure contraire à l’esprit du mode de scrutin. Les conseillers régionaux étant élus sur des sections départementales et non sur une liste unique, ils représentent aussi les électeurs de leurs territoires et se doivent de représenter la Région auprès de ceux-ci.

En fermant les antennes départementales, Christian Estrosi couperait le contact entre les services de la Région et la population mais aussi entre les élus de la Région et leurs concitoyens. Nous pensons tout au contraire que si la mission des antennes locales doit être modifiée c’est au contraire pour renforcer la proximité et la présence de la Région auprès des habitants de PACA, et pas pour en faire de simples accueils. Si la préoccupation de Christian Estrosi est réellement de faire des économies, qu’il regarde du côté de ses frais de communication ou encore du coût de sa future « conférence territoriale » ou des 30 millions d’euros promis pour l’institut lui ayant permis de s’accorder les faveurs du candidat écologiste indépendant.

C’est pourquoi les conseillers régionaux du groupe Front National, représentant 45% des électeurs de Provence-Alpes-Côte d’Azur, s’opposent fermement à ce projet.

Marion Maréchal-Le Pen
Député de Vaucluse
Présidente du groupe Front National à la Région PACA