Entre mots et actes… « paroles, paroles, paroles »!


Vous avez pu lire notre tribune du Reflets d’Avril où nous avertissions les citoyens martégaux  du motif de notre absence aux événements de notre ville ; responsabilité de la majorité socialiste communiste.

Capture d’écran 2016-04-11 à 10.36.12

Tribune du Reflets d’avril 2016

Cette tribune nous a valu deux réactions… les mots :

Capture d’écran 2016-04-11 à 10.29.45

 

  • Le maire Gaby Charroux qui s’est insurgé de nos écrits à travers un courrier qu’il nous a transmis.
  • Jean Luc Di Maria qui, a travers la page Facebook de son groupe, nous accuse de surfer  sur la victimisation.

 

 

Ce week-end avait lieu le repas des anciens et bien-sûr nous n’étions pas présents, car non invités… les actes :

Capture d’écran 2016-04-11 à 10.27.05

 

  • Dans son courrier, le Maire s’est défendu d’être respectueux de la démocratie… Drôle de conception de la démocratie et surtout irrespect de nos électeurs.
  • De son côté, Jean Luc Di-Maria, toujours sur la page Facebook, s’offusque de ne pas avoir été convié…

 

 

Que ce soit pour Mr le Maire ou Jean Luc Di-Maria, les mots sont à l’antipode des actes ; encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots, rien que des mots* … spéciale dédicace :

*Leo Chiosso et Giancarlo Del Re

 

 

 

 

 

300 000 € pour la Mosquée


Hier soir au Conseil Municipal nous votions le Budget Primitif de la Ville ; pour lequel nous avons voté contre car il est le reflet de la politique de la majorité.

Nous ne sommes pas intervenus sur la synthèse du budget, mais sur des points précis que nous avons relevés sur les documents mis à notre disposition.

La rengaine de la majorité PCF est : « nous investissons pour les familles« . Donc nous avons vérifié l’engagement réel pour 2016 en dépenses d’investissement :

  • Logement : 394 594 €
  • Famille : 123 890 €.

A contrario, une ligne d’investissement nommée sur le document « Immeuble – 18 rue du peuple » a attiré notre attention. Le montant est de 300 000 € ; bien supérieur à la « famille » et à égalité avec le « logement ». Ce bâtiment non nommé dans le document est la Mosquée de Martigues.

Petit rappel sur la suite d’événements sur la Mosquée :

screenshot_2015-12-01-11-05-44.png

Le bâtiment utilisé est la propriété de la ville. Etant utilisé comme locaux recevant du public, le bâtiment est tenu à des inspections de sécurité. Lors de la dernière inspection de sécurité, il a été constaté que les locataires ont effectué des travaux modificatifs qui auraient dû faire l’objet d’une demande de travaux préalable. De plus, ces travaux ne respectaient pas non plus les règles élémentaires de sécurité du public.

Par arrêté municipal n°842.2015 du 22/10/2015, Mr le Maire interdit l’accès au public à la Mosquée.

Depuis Mr le Maire met gracieusement à disposition la salle du Grès pour la prière.

 

 

La Mairie depuis prend en charge la déconstruction des travaux illégaux et les aménagements réclamés par l’association ; coût total de l’opération : 300 000 €.

 

Article mosquée travaux

Nous avons donc rappelé à Mr le Maire que la loi de 1905 déclarant la séparation de l’Etat et l’Eglise interdisait l’usage des fonds public pour le culte. A cela, Mr le Maire nous a répondu que la loi de 1905 ne s’applique pas car un loyer sera demandé.

Mr le Maire reconnait donc que la municipalité est dans l’illégalité depuis des années, car il n’y a aucun loyer versé pour l’occupation actuelle des locaux du 18 rue du Peuple et qu’il n’y aucune location d’occupation de la salle du Grès par l’association.

 

Article Budget 2016

Elections du Conseil de Territoire.


Hier soir, il y avait l’élection du président et des vices-présidents du Conseil de Territoire du Pays de Martigues, Port de Bouc et St Mitre les Remparts… que nous pourrons résumer à Martigues et Port de Bouc ; St Mitre s’étant vu raccompagné vers la sortie.

Tout ne s’est pas déroulé comme certains pouvaient l’espérer.

Après l’élection de Mr Gaby Charroux à la présidence, les élections des vices-présidents furent plus houleuses. Finies les petites ententes et Mme Béatrice Aliphat, maire de St Mitre les Remparts, en fait les frais.

Finies les petites ententes ? Non pas tout à fait, puisque le PCF et le PS se sont entendus ; Mme Sophie Degioanni accède à une vice-présidence. Le PCF critique à « tout va » la politique du Gouvernement de Mr Valls, mais accepte les voix du PS pour conserver toutes les places. Ne pas s’assurer du vote des socialistes, c’était risquer de ne pas remporter des places.

Le Front National, représenté par Emmanuel Fouquart s’est présenté à l’élection de la 7ème vice-présidence, en sachant que nous ne pourrions pas la remporter. Nous l’avons fait pour marquer notre indépendance et notre intégrité. D’ailleurs, Mr Jean Luc Di Maria nous l’a reproché en nous traitant de « diviseur » ; lui qui, la veille, annonce à la presse qu’il sera candidat et se qui défile au moment venu. En nous adressant ces paroles, Mr Di Maria nous reprochait de ne pas répondre favorablement à sa demande de voter pour lui ; nous déclarant qu’il peut recevoir les voix du Front National, mais qu’il ne pourra jamais voter pour le Front National… voici toute l’ambiguïté du personnage.

Article élection conseil territoire

 

PS : La trahison des électeurs de gauche jusqu’au bout


Les socialistes ont annoncé, le 19 mars 2016, qu’ils ne participeraient pas à la conférence régionale mise en place par Christian Estrosi ; et surtout proposée par Christian Estrosi contre le retrait des socialistes aux élections régionales. Les électeurs de gauche avaient déjà été trahis par leurs dirigeants locaux dont Christophe Castaner tête de liste.

Suite et fin ce samedi. Les Socialistes avaient négocié trois places de vice-présidence à la Métropole avec Les Républicains… toujours les mêmes pour les mêmes ententes… Les intérêts de leurs électeurs ne comptent pas ; seules leurs places comptent. Mais Les Républicains ont raflé toutes les places ; plus d’entente. Donc, ce samedi, les Socialistes ont décidé de ne pas siéger à la conférence régionale.

En janvier, nous avons dénoncé cette conférence qui n’a aucune structure légale et déclaré que nous n’y siégerons pas. Aujourd’hui les socialistes n’y siègeront pas non plus. Cette conférence n’a aucune raison de perdurer.

Retrouvez notre communiqué de presse :

« Conférence régionale » : mêmes les socialistes ne veulent plus de l’assemblée-bis d’Estrosi

Hier, les socialistes des Bouches-du-Rhône ont décidé lors d’un vote interne qu’ils ne participeraient pas à la « Conférence régionale », cette assemblée-bis que Christian Estrosi souhaite mettre en place pour rassembler les candidats malheureux des élections régionales et des personnalités de son choix.

Au-delà des divergences politiques, nous nous félicitons du choix responsable et républicain de la fédération des Bouches-du-Rhône du PS.

Le groupe Front National, opposition élue par les habitants de PACA, demande désormais à Christian Estrosi de renoncer définitivement à ce projet et d’en finir avec les artifices de communication pour enfin se concentrer sur les vrais problèmes de notre région.

XVM06cd220c-99a0-11e5-9cae-17f37855eb38

Castaner : la trahison

Implosion du PS ?


Ce jour, La Provence publie l’analyse de Gérard Grunberg, politologue au centre d’études européennes de Science Po.

Le politologue reconnait que toutes les conditions sont réunies pour l’implosion de Parti Socialiste essentiellement sur la disparition du sentiment d’appartenance à une communauté, une famille.

Martigues n’est pas exclue de ce problème. La majorité en place ne tient que par l’union du Front de Gauche / PCF / PS / EELV. Depuis les élections municipales, nous constatons les tensions entre le groupe PS et PCF. Aux élections qui ont suivi (européennes, départementales et régionales), le FDG / PCF a démontré son éloignement du PS, en critiquant la politique menée par le gouvernement entres autres, tout comme en reprochant au PS, l’échec de la Gauche aux régionales.

La prochaine échéance électorale est la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon a déjà déclaré qu’il allait faire la course en solitaire…  Le torchon brûle et c’est indéniable.

(source La Provence du 26/02/2016)

Article implosion de la gauche

Le triste record du PS


Le gouvernement socialiste bat un triste record en 2015, celui du chômage. 3 590 600 inscrits à Pôle Emploi ; dont 472 270 en PACA.

Ce gouvernement incapable de mettre en action une politique économique permettant une reprise et la création d’emploi, ne sait que s’attaquer au Front National. Forcément, il est plus facile de détourner l’attention des médias complices et des citoyens, plutôt que de s’engager pour un redressement de la France.

Ceci se vérifie au plus petit échelon. Lors des régionales, en bon petit soldat, la représentante martégale du PS y allait de son commentaire en parlant d’ennemi politique. Plutôt de s’atteler à une présence et un engagement sur le terrain, elle préférait crier au loup… elle en a récupéré les fruits de son labeur ; c’est à dire rien !

Vidéo : La gifle de Valls à un militant PS


Depuis le 29 août, une rumeur courait sur ces faits : A La Rochelle, lors de l’université d’été du PS, Mr Valls aurait giflé un jeune militant de son parti. Nous en avons aujourd’hui la vidéo.

Avant tout, nous avons une assemblée carrément hostile à Mr Valls. Des huées de toute part. Nous sommes loin de l’ambiance amicale que la presse nous a montrée durant le discours de Mr Valls. Sûrement y a t’il eu une sélection des spectateurs à l’entrée. Mais pour revenir sur les faits, nous avons Manuel Valls assis à une table, entouré de son service de sécurité, discutant avec un militant. La discussion est vive et ne dure que quelques secondes. Quand il se relève, il y a d’abord quelques tapettes sur la nuque de son interlocuteur ; mais ensuite il y a deux « claquettes » sur la joue. Même si ces « claquettes » ne sont pas appuyées, car Mr Valls s’est contenu en assemblée publique, son regard en dit long sur sa colère.

Le PS est à l’agonie : Discordes dans les rangs. Militants excédés par ses représentants. Il ne survit que par ses alliances avec ses amis de la gauche ; mais là aussi, ça s’effrite.

Il est temps de lui porter l’estocade en lui supprimant toute présidence de régions les 6 et 13 décembre 2015 prochains.

Affaire Agnès Saal, le scandale d’Etat !


En avril, Agnès Saal, haut fonctionnaire, est démise de ses fonctions à l’INA pour abus de biens sociaux (40 000 € de frais de taxi en 7 mois, dont 6 000 € consommés par son fils). Un mois plus tard, elle est nommée au ministère de la culture à un poste qui n’existait pas précédemment. La Ministre Fleur Pellerin ne veut pas s’exprimer sur le sujet. Encore un exemple flagrant du clientélisme de la Gauche aux frais du contribuable.

Martigues : Le PS – EELV et l’UMP dans l’attente


Comme il est rédigé dans un article de La Provence du 18/03/2015, le PS-EELV et l’UMP sont les grands absents des élections départementales. Ces groupes n’ont pas été conviés par leurs alliés respectifs pour constituer une équipe commune. Ces décisions leur ont laissé un goût bien amer.

De fait, contrairement à ce qu’il affirme, le binôme Frau / Santoru ne représente pas toute la gauche ; et Di Maria ne représente que lui.

Ces groupes oubliés attendent le résultat des élections pour s’exprimer. A croire qu’ils souhaitent la victoire du Front National / RBM ?

Article La Provence 18/03/2015

Départementales 2015 : Débat sur France3 « La voix est libre »


Débat autour des enjeux des élections départementales des 22 et 29 mars, en présence de représentants de toutes les familles politiques. Focus sur le département des Bouches-du-Rhône….

L’UMP, le PS, et les guérinistes c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Il y a des accords discrets, mais aucun ne les reconnait. C’est une vraie cacophonie. Si les électeurs s’y retrouvent, se sera une chance. Quand au PCF, c’est le grand muet…

Retrouvez la vidéo en cliquant sur le lien